Jeudi 2 août 2018 à 21h
Cour du château
Soirée romantique
Boris Berezovsky - piano
Michaël Guttman - violon
Jing Zhao - violoncelle

PIAZZOLLA, Invierno Porteño pour trio (arr. Bragato)
MENDELSSOHN, trio en ut dièse mineur
---
SCRIABINE, études n°3, n°4, n°5 op.42
SCRIABINE, études n°1, n°2, n°3 op.65
SCRIABINE, sonate n°5 op.53
STRAVINSKY, trois mouvements de Petrouchka

Une soirée placée sous le talent magique du pianiste russe Boris Berezovsky, dont les interprétations profondes et la technicité hors pair continuent d’enchanter toutes les scènes du monde. Ses derniers récitals à La Moutte ont durablement impressionné notre public tropézien. Aussi est-il de retour avec une partie consacrée à la musique de chambre avec Michaël Guttman et Jing Zhao, puis seul en scène avec un récital de musiques russes dont le célèbre "Petrouchka" d’Igor Stravinsky.


*Cette soirée est placée sous le parrainage exclusif de M. et Mme Francis Minkoff
Tarifs :
Plein tarif : 60€
Tarif réduit : 30€
(pour les jeunes et étudiants)
  • Boris Berezovsky
    Berezovsky 3 %c2%a9juri bogomaz
    Boris Berezovsky bénéficie d’une réputation de pianiste virtuose, doté d’une finesse et d’une sensibilité uniques.
    Né à Moscou, il étudie au conservatoire avec Elisso Virsaladze et prend des cours particuliers avec Alexander Satz. Il fait ses débuts en 1988 à Londres au Wigmore Hall. Le Times le décrit alors comme « un artiste exceptionnellement prometteur, d’une virtuosité éblouissante et doté d’une énergie formidable ». Deux ans plus tard il remporte la médaille d’or du Concours International Tchaïkovsky à Moscou.
    Boris Berezovsky joue en tant que soliste auprès des plus prestigieux orchestres de notre temps : le Philharmonia de Londres, le Philharmonique de New York, l’Orchestre Santa Cecilia de Rome, l’Orchestre National Symphonique de la Radio Danoise, l’Orchestre de la Suisse Romande, l’Orchestre National de Hongrie, l’Orchestre Symphonique de la Radio de Francfort, l’Orchestre NDR de Hambourg, le Residentie Orkest, les Orchestres Symphoniques de Birmingham, de Dallas et de la BBC, l'Orchestre National de France, l’Orchestre de Paris, ou encore le Deutsches Symphonie-Orchester de Berlin…
    Boris Berezovsky est particulièrement impliqué dans la musique de chambre. Ses partenaires de prédilection sont Vadim Repin, Dmitri Makhtin, Alexandre Kniazev avec lesquels il se présente dans de nombreux festivals européens, dont le Festival de Verbier, Salzbourg ou celui de la Roque d’Anthéron.
    Il est aussi régulièrement invité dans les séries internationales de récitals les plus renommées. Nous pouvons citer la Série Piano de la Philharmonie de Berlin, la Série Internationale de Piano du Concertgebouw et les grandes scènes de concerts telles que le Théâtre des Champs-Elysées à Paris, le Royal Festival Hall à Londres, le Palais des Beaux Arts de Bruxelles, le Konzerthaus de Vienne, le Megaron d’Athènes. En Janvier 2007, une importante Carte Blanche lui a été consacrée à l’Auditorium du Louvre.
    Il a été nommé « Meilleur instrumentaliste de l'année 2006 » lors des BBC Music Magazine Awards.
    En Août 2004, le DVD que le Trio B. Berezovsky, D. Makhtin, A. Kniazev consacre à Tchaïkovski, avec les Pièces pour piano, violon et violoncelle, et le Trio Elégiaque "A la mémoire d'un grand artiste", reçoit le « Diapason d’or ». Il est notamment présenté sur les chaînes de télévisions Arte et NHK au Japon.
    Pour Warner Classics, il enregistre le Trio n°2 de Chostakovitch ainsi que le Trio Elégiaque n°2 de Rachmaninov. De nombreux prix lui sont décernés dont le «Choc de la Musique» en France, le «Gramophone» en Angleterre, et le «Echo Klassik Preis» en Allemagne.
    Boris Berezovsky a une importante discographie. Chez Teldec, il a enregistré l’intégrale des concertos de Beethoven avec l’Orchestre de Chambre de Suède et Thomas Dausgaard, plusieurs sonates et études et pièces solistes de Chopin, Schumann, Rachmaninov, Moussorgsky, Balakirev, Medtner, Ravel ainsi que les Etudes transcendantes de Liszt.
    Son interprétation de la Sonate n°1 de Rachmaninov a reçu la récompense Preis der Deutschen Schallplattenkritik, et son récital Ravel a été spécialement recommandé par Le Monde de la Musique, Diapason, le BBC Music Magazine et The Independent on Sunday.
    Notons aussi chez Mirare, les Préludes, et l'intégrale des Concertos de Rachmaninov enregistrés avec l'Orchestre Philharmonique de l'Oural sous la direction de Dmitri Liss ainsi qu’un CD pour deux pianos avec Brigitte Engerer consacré à Rachmaninov et unanimement acclamé. Un CD Liszt enregistré en public au Royal Festival Hall de Londres et à La Grange de Meslay de Tours. Il participe au disque Saint-Saëns avec Henri Demarquette, Brigitte Engerer et l’ensemble orchestral de Paris sous la direction de Joseph Swensen (CHOC de l’année 2010), et se produit à cette occasion sur la scène du Théâtre des Champs Elysées avec ses partenaires. Dernièrement, le pianiste a enregistré 2 Cds Brahms : le Concerto n°2 avec l’Orchestre de l’Oural et Dmitri Liss et des œuvres à 4 mains avec Brigitte Engerer.
  • Michaël Guttman
    Michaelguttman credit bernard rosenberg opt %282%29
    Michaël Guttman est violoniste, chef d'orchestre et directeur musical de nombreux festivals à travers le monde.  Au cours de sa carrière, il a été salué par le New York Times pour sa « richesse sonore incroyable et la beauté du son » et qualifié de « Chagall des violonistes » par le Jerusalem Post. Il est à dix ans le plus jeune étudiant admis au Conservatoire Royal de Musique de Bruxelles. A seize ans, il fait ses débuts sur scène en duo avec Jean Pierre Rampal. Sa rencontre avec Isaac Stern, l’amène à être admis à la Juilliard school de New York, où il poursuit ses études avec Dorothy Delay, le quatuor Juilliard, Felix Galimir et plus tard avec le violoniste russe Boris Goldstein, tout en développant sa carrière. 

    Ses débuts à Londres sont suivis de concerts au Barbican Hall avec le Royal Philharmonic Orchestra et le London Philharmonic Orchestra, avec lesquels il enregistre des concertos (Rodrigo, Bloch, Weill, Hindemith). Sa carrière prend un essor international et Michael Guttman se produit au Lincoln Center à New York, au Concertgebouw d’Amsterdam, en Asie et en Argentine où il rencontre Astor Piazzolla. Très demandé comme chambriste, il est invité dans de nombreux festivals: par Martha Argerich à Lugano, par Yuri Bashmet à Elbe, par Natalya Gutman à Kreuth, par Boris Berezovski à Moscou et Beauvais, par Cho-Liang Ling à Hong Kong, par Salvatore Accardo à Vincenza, et au Menuhin Festival Gstaad en 2017. Après avoir été l’assistant du compositeur américain Lukas Foss, il collabore en tant que chef d'orchestre avec des musiciens tels que Peter Serkin, Stanley Drucker et Joshua Bell, et à diriger le Brussels Chamber Orchestra en Belgique. Sa rencontre marquante avec Piazzolla l’a mené à collaborer avec le bandéoniste français Olivier Manoury et à programmer différentes musiques du monde aux côtés du répertoire traditionnel. Sa collaboration avec le compositeur américain Philip Glass résultera en une première de son double concerto pour violon et Violoncelle avec le Dallas Symphony dirigé par Jaap van Zweden en 2014, et avec le Hong Kong Symphony en Asie. Il a créé le double concerto d'Alexandre Tchaikovsky à Moscou en 2016.

    Michael Guttman attache une grande importance à aider les plus jeunes et collabore avec la Chapelle Musicale Reine Elisabeth à Bruxelles et la Menuhin Academy en Suisse, ainsi qu’avec la Juilliard School. Il a reçu le prix Fuga pour son travail avec les compositeurs belges contemporains. Après plusieurs festivals à Bruges, à Toronto et dans les Hamptons, Michael Guttman a créé et dirige le festival Pietrasanta in Concerto en Toscane, qui s’est imposé en dix ans comme un événement musical de premier plan. Michael Guttman est également Chef principal du Napa Valley Symphony en Californie, directeur artistique du Crans-Montana Classics en Suisse, du Odessa Classica en Ukraine, du Polin festival à Varsovie et co-directeur du Printemps du Violon à Paris. Il est lauréat du prestigieux Prix Scopus 2012, décerné par les Amis Belges de l’Université de Jérusalem. Il joue sur un Guarneri del Gesù de 1735 ayant appartenu au violoniste et compositeur italien Giovanni Battista Viotti.
  • Jing Zhao
    Photo jing zhao credi cloud wang opt
    Jing Zhao est née à Pékin et débute le violoncelle à 5 ans.
    Elle est admise au Conservatoire Central de Musique à Pékin, qui est la plus prestigieuse école de musique de Chine. Elle y rencontre le grand violoncelliste japonais Mr Ryosuke Hori qui est très impressionné par son talent et lui propose de poursuivre ses études musicales au Japon. C’est ainsi qu’en 1996, elle reçoit une bourse spéciale pour les étudiants étrangers et intègre l’École Supérieure de Musique de Tokyo et parallèlement le lycée affilié.
    En 1999, le célèbre chef d’orchestre Seiji Ozawa l’aide à s’installer à Berlin pour étudier à la Karajan Academy. Elle a alors l’opportunité de suivre des cours particuliers avec le Maestro Rostropovich ainsi que Yo-Yo Ma. En septembre 2005, elle remporte le Premier Prix du célèbre ARD International Music Competition à Munich.
    Ensuite, Jing Zhao est invitée par de célèbres chef d’orchestres tel que Seiji Ozawa, Jean Fournet, Myung-Whung Chung, Eliahu Inbal et Riccardo Muti. Elle coopère ainsi étroitement avec le New Japan Philharmonic, NDR Symphony Orchestra, Orchestra Filarmonica della Scala, Singapore Symphony Orchestra, Sydney Symphony Orchestra and Prag Symphony.
    Le 1er janvier 2008, elle joue pour le concert du Nouvel An au Grand Théâtre National de Chine à Pékin sous la houlette du chef Seiji Ozawa.
    En parallèle, en musique de chambre, elle se produit avec Emmanuel Pahud, Paul Meyer, Eric Le Sage, Guy Braunstein, Konstantin Lifschitz and Trevor Pinnock. En 2009, Jing Zhao part en tournée avec Myung-Whun Chung, puis avec Mikhaïl Pletnev. Elle est ensuite invitée par Martha Argerich dans son festival à Lugano.
    Ses enregistrements comptent 5 CD et un DVD produits par Victor Entertainment au Japon.
    Avec sa grande musicalité et son étonnante virtuosité, Jing Zhao est désormais considérée comme l’une des grandes artistes de sa génération. Jing Zhao joue un Giovanni Grancino de 1690 prêté généreusement par Mr. Lin Kim Min de Singapour.
Push