Mardi 8 août 2017 à 21h
Cour du château
Soirée cubaine
Richard Bona - basse

Richard Bona (basse & voix)
Ludwig Afonso (batterie)
Osmany Paredes (piano)
Luisito Quintero (percussions)
Roberto Quintero (percussions)
Rey Alejandre (trombone)
Dennis Hernandez (trompette)

Richard Bona est l’un des meilleurs bassistes du monde. Il a joué aux côtés des plus grands, de Pat Metheny à Stevie Wonder. Chanteur à la voix envoûtante et vibrante, il tire ses influences musicales de son origine camerounaise et de ses constants dialogues avec toutes les cultures. Sa musique est le fruit d’un métissage enchanteur entre jazz, rythme cubain et mélodie africaine. Quant à son groupe afro-cubain Mandekan Cubano, c’est un pur délice.
Tarifs :
Plein tarif : 50€
Tarif réduit : 25€
(pour les jeunes et étudiants)
  • Richard Bona
    Rb mandekan cubano2 rebecca meek
    Chanteur, compositeur et instrumentiste aux multiples talents, Richard Bona nait dans l'Est du Cameroun. Il grandit au sein d'une famille où la musique est reine.
    Très tôt, Richard Bona part vivre à Douala avec son père et où il trouva immédiatement du travail comme musicien. Il se rend très vite compte qu'il était capable d'apprendre pratiquement n'importe quel instrument rien qu'en observant quelqu'un en jouer.
    En 1980, il découvre l'album éponyme de Jaco Pastorius, virtuose de la guitare basse électrique. L'interprétation de "Portrait of Tracy" bouleversa littéralement sa vie. "Avant de connaître Jaco", déclare-t-il, "je n'avais jamais songé à jouer de la basse. Ma réaction immédiate à la première écoute fut de vérifier si je ne m'étais pas trompé de vitesse sur le tourne-disques ! Je croyais que le 33 tours passait en 45 !"
    A 22 ans, il quitte l'Afrique pour Paris. Richard Bona participe régulièrement aux concerts de grands jazzmen français tels que Didier Lockwood et Marc Ducret, ainsi que de stars africaines comme Manu Dibango et Salif Keita. Parallèlement, il suit des cours dans une école de musique pour affiner son talent de compositeur et s'investit à fond dans le répertoire de grands noms du jazz : Miles Davis, Chet Baker et Ben Webster.
    Installé à New York fin 1995, Richard Bona participe à l'enregistrement de l’album "My People" de Joe Zawinul ainsi qu'à la tournée mondiale qui s'ensuivit. De retour à New York, il multiplie les engagements dans tous les clubs du centre-ville et rencontre Jake Holmes. Richard se retrouve directeur musical peu de temps après et devient leader du groupe de ce dernier pendant un an et demi.
    Son premier album, "Scenes From My Life" sorti en 1999, remporta un immense succès, alors qu'il est quasiment distribué sans publicité. En 2001, c'est la sortie de "Reverence", avec la participation de Michael Brecker et Pat Metheny. Enfin en 2003 sort "Munia, the Tale", auquel participent entre autres Salif Keita et Kenny Garrett.
    Richard est désormais demandé par les plus grands (Joe Zawinul, Pat Metheny, Larry Coryell, Michael et Randy Brecker, Steve Gadd, Mike Stern...), et participe aux derniers disques de Mario Canonge ("Rhizome", avec Roy Hargrove, Jacques Schwarz-Bart) et de George Benson ("Irreplaceale").
    En 2004, Richard décroche la Victoire du Jazz "Meilleur artiste international". Richard est sur toutes les radios. Il tourne avec Mike Stern en Guadeloupe et également avec le Jaco Pastorius Big Band au North Sea Jazz Festival.
    En 2005, on le retrouve de nouveau aux côtés de Pat Metheny dans "The Way Up", sur l'album de Lokua Kanza, "Plus Vivant".Puis, Mike Stern l'introduit auprès du mythique groupe de fusion Steps Ahead avec lequel il tourne en Europe (avec Bill Evans, Mike Mainieri, Steve Smith, Eliane Elias). Plus personnellement, c'est l'année de parution d'African Tale, un DVD sur sa vie et sa carrière, depuis son Cameroun natal jusqu'à New-York.
    En 2005 toujours, il édite un projet musical d’une nouvelle osmose entre jazz et world music : « Toto Bona Lokua » réunit le Martiniquais Gerald Toto, le Congolais Lokua Kanza, et Bona. Richard Bona élargit davantage ses horizons musicaux en accueillant pour l’album « Tiki » le Brésilien Djavan, ou l'Indienne Susheela Raman. Un album qui ouvre la musique africaine sur le monde, de l'Inde.
    L'album "The Ten Shades of Blues" voit Richard Bona emprunter la route du blues. En 2013, le bassiste camerounais propose l'album acoustique "Bona ed" comportant notamment un duo avec Camille sur "la fille d'à côté" et en 2016 s'entoure du Mandekan Cubano pour l'album "Heritage" où musiques cubaine et africaine se rencontrent.
Push